Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

a day at sea - part 3

Publié le par Helene Bourdon

a day at sea - part 3

English version

Apart from the routine of the maneuvers, there are rare relaxation. The "escape" from this type of experience can not be napping or watching TV. So we find different activities to be helpful or else. The manufacture of woolen strings is omnipresent. We spent our time between two rotations of duty at it. All possible and imaginable strings available on the boat pass there. It is now almost a rotation in itself such as various other positions on the deck.

One activity was to repair damaged ropes, halyards, sheets... Despite the actions of "anti-shaving" the lines were degraded after these nine months of round the world sailing. It was necessary to strengthen locally. If we do not strengthen the risk is that they break while they are under tension. In standard situation it could not be serious to lose a piece, but in reality we can not go changing them at the marina, we have a limited stock. And the worst is that depending on when and how the halyard breaks, we can break the boat or even get injured. So the regular maintenance of any fitting, rigging and rope was mandatory.

a day at sea - part 3

I learned how to make whippings with Richard. Grumpy was our teacher. It was the beginning of the crossing before the sea rises and the cold came upon us. It was on deck in the sun and we were well trained. To make a whipping, it takes twine, knife, pliers and a lighter. The whipping wire is flat, very strong and treated so it is not slippery. Enough wire is cut to cover the area to be protected. It protrudes about 1 cm from each side of the area to be covered. You start with a loop made of one of the ends which cover the area to be protected. It exceeds the area. Then wrapp the other end of the wire squeezing with strength back along the loop. We must ensure making perfect turns. The wire flat along the way and without overlapping or space between each turn. It should be well focused and tightened up to ensure the holding of the whipping time. Indeed it will suffer a lot of tension and stress.

Once we have covered the area, pass the thread end in the rest of the loop exceeding. Then pull the free end of the loop projecting from the other side of the whipping and passes the first free end in the buckle under the whipping itself stopping towards the middle. Then cut the excess and burn the end. It's finish. It's like knitting once you start it becomes addictive.

a day at sea - part 3

The observation of marine life is also a hobby more enjoyable. It was not possible at any time of day or night but it was quite frequent and always welcomed. Whether whales or dolphins, not a day passed without a hello. Vicky had a book describing the whole marine life that one could cruise in the Atlantic Ocean. Every time we tried to determine what species it was and whether it was a whale or a dolphin. And believe me, sometimes it is not so easy to tell the difference! It's funny, it's been 5 years now I sail with dolphins and I saw tons of them. Believe me you do not get bored. Especially in an offshore crossing. Indeed, you are isolated. People on the deck or inside are the same, we can not do anything about it. The marine wildlife are the only visitors possible.

Those who have sailed knows it, the dolphins love playing with the bow. They are catching up, along the hull and make return under the bow. They make jumps or check if we are looking at them. If so, they turn aside and look at us. Then after some time they leave. We saw small, large, spotted, bicolors ... well a variety. And what a beautiful diversity!

a day at sea - part 3

Whales are not going to play with the bow. They go swimming with us for the smallest. They come and take their breath of fresh air to our side. Two days in a row in the middle of the ocean, they will spend one hour in the sun with their little jump. About thirty specimens. Everybody is up on deck in these cases, even those who are off-watch. It is just magical. Even the old sailors were not jaded. Being in the middle of the bench give the impression of being in communion with them. This is one of the pleasures of sailing. Without motor, with just the sound of wind and water, we go back to basics and marine mammals are not mistaken. They come to share our experience. The encounter with the whales when they are only a few meters away is a joy.

The encounter with a whale of 20-30 meter long, however, is rather worrying. Our boat making the size of a whale, you feel very small and any collision could be fatal for the animal and for us. They arise "last" moment and with the inertia it may be too late to avoid them. When you see one you are happy but you do not necessarily go in their direction. One afternoon, we have crossed one leaping off. We slightly changed our course not to cross his path. We strengthened our vigilance and hoped not to cross its congeners closer!

When I was on the Belem, we made a small sea trip on a zodiac to take pictures of the Belem full sail. We then faced a huge whale and her calf. We were torn between the desire to get closer and the fear that she fall back on us prompting us to flee. In a small zodiac, the encounter with a whale is a foregone conclusion ;) In the end we did not pursued the whale but didn't flee either. It was impressive to be only a few meters of the sea monsters.

a day at sea - part 3

Other distractions available were completely related to our creativity. Ed told stories or wrote songs. Vicky made us part of the strategy. One afternoon games were improvised, competition featuring the 2 watches. Several trials and each time a champion representing the watch. One trial was a test of "figure of 8". 2 halyards to love around 2 winches in figure 8 as soon as possible. The first who ends wins. Another challenge was to move from stern to bow and back as soon as possible while being clipped with two safety clips. The speed to clip / unclip makes the difference. It was planned to have several game sessions but in the end we did it only once. It was a day with no wind or little activity on deck was necessary.

One afternoon we organized the presentation of the new leggers (after 12 days at sea...). It was expected that Wim, Richard, Robin and I introduced ourselves. But ultimately, my turn was skipped for lack of time. I caught another afternoon and presented the different places where to sail the French coast with their respective attractions. I used my free time of "mother" that day to draw on the table a beautiful map of France with swimwear for southern and surfers / sailing trolley to the Atlantic. Too bad I have no trace of this exploit, I had surpassed my artistic gift. Presentation rained and spawned discussions related to their new interest in sailing in France.

In short everything was not that black and fortunately there were also beautiful moments!

a day at sea - part 3

Version française

En dehors de la routine des manœuvres, il y a les rares moments de détente. La détente dans ce genre d'expérience ne peut être faire une sieste ou regarder la tv. On trouve donc différentes activités pour se rendre utile entre autre. La manufacture des fils de laine est omniprésente. On passait notre temps entre deux roulements à le faire. Tous les fils possibles et imaginables présents sur le bateau y sont passés. C'est quasi devenu un roulement tels les différents autres postes sur le pont.

Une activité consistait à réparer les bouts endommagés. Malgré les actions d'"anti-shaving" les bouts étaient dégradés après ces 9 mois de tour du monde à la voile. Il fallait donc les renforcer localement. Si on ne les renforce pas le risque est qu'ils pètent alors qu'ils sont sous tensions. En soit ça pourrait ne pas être grave de perdre un bout, mais dans les faits on ne peut aller au port en changer et on a un stock limité. Et le pire est qu'en fonction de quand et comment la drisse ou l'écoute casse, on peut casser le bateau voir même blesser quelqu'un. Donc l'entretien régulier de tout l'accastillage, gréement et cordage était obligatoire.

a day at sea - part 3

J'ai appris à faire des surliures et en ai réalisé avec Richard. Grumpy a été notre prof. C'était au début de la traversée avant que la mer monte et que le froid s'abatte sur nous. On était sur le pont au soleil et nous avons bien été formé. Pour faire une surliure, il faut du fil à surlier, un couteau, une pince et un briquet. Le fil à surliure est plat, très résistant et traité afin qu'il ne soit pas glissant. On découpe suffisamment de fil pour couvrir la zone à protéger. On dépasse d'environ 1 cm de chaque coté de la zone à recouvrir. On pose une boucle fait d'une des extrémités sur la zone à protéger. Elle dépasse de la zone. Puis on enroule l'autre extrémité du fil en serrant de toutes ses forces en remontant le long de la boucle. On doit faire en sorte de faire des tours parfaits. Le fil bien à plat le long du bout et sans recouvrement ni espace entre chaque tour. Il faut être bien concentré et serré au maximum afin de garantir la tenue de la surliure dans le temps. Elle subira en effet beaucoup de tensions et de contraintes.

Une fois qu'on a recouvert la zone, on passe l’extrémité du fil dans le reste de la boucle qui dépasse. On tire ensuite sur le bout libre de la boucle qui dépasse de l'autre coté de la surliure et fait passer le premier bout libre dans la boucle sous la surliure elle-même en s’arrêtant vers le milieu. On coupe ensuite ce qui dépasse et on brule l'extrémité. C'est fini. C'est comme le tricot une fois qu'on commence ça devient addictif.

a day at sea - part 3

L'observation de la vie marine était également un passe-temps plus qu'agréable. Ce n'était pas disponible à toute heure du jour ou de la nuit mais elle était assez fréquente et toujours bienvenue. Que ce soit des baleines ou des dauphins, pas une journée n'est passée sans un petit coucou. Vicky avait un livre qui décrivait l'ensemble de la vie marine que l'on pouvait croiser dans l'océan atlantique. Chaque fois on essayait de déterminer de quelle espèce il s'agissait et si c'était une baleine ou un dauphin. Et croyez moi des fois ce n'est pas si simple de faire la différence! C'est marrant, ça fait maintenant 5 ans que je navigue et des dauphins j'en ai vu des tonnes. Croyez moi on ne s'en lasse pas. D'autant plus lors d'une transat. En effet, on est en vase clos. Les personnes sur le pont ou à l'intérieur sont les mêmes, on ne peut rien y faire. Les visiteurs marins sont alors nos seuls visiteurs autorisés.

Ceux qui ont déjà navigué le savent, ils adorent jouer avec l'étrave. Ils nous rattrapent, longent la coque, et font des aller-retour sous la proue. Ils font des sauts ou nous cherchent du regard. Si si, ils se tournent de côté et nous regardent. Puis au bout d'un certain temps ils repartent. On en a vu des petits, des grands, des tachetés, des bicolores... bref toute une diversité. Et quelle belle diversité!

a day at sea - part 3

Les baleines ne vont pas jouer avec l'étrave. Elles vont nager avec nous pour les plus petites. Elles vont venir prendre leur bol d'air frais à notre côté. Deux jours de suite en plein milieu de l'océan, elles vont passer 1 heure au soleil à sauter avec leurs petits. Environ une trentaine de spécimens. Tout le monde est monté sur le pont dans ce cas là, même ceux qui étaient de repos. C'était tout simplement magique. Même les vieux loups de mer n'étaient pas blasés. Être au milieu du banc donnait presque l'impression d'être en communion avec eux. C'est un des plaisirs de la voile. Sans moteur, juste avec le bruit du vent et de l'eau, on retourne aux basiques et les mammifères marins ne s'y trompent pas. Il viennent partager notre expérience. La rencontre avec les baleines, quand elles ne font que quelques mètres est une joie.

La rencontre avec une baleine de 20 à 30 mètre de long est en revanche plutôt inquiétant. Notre bateau faisant la taille d'une baleine, on se sent tout petit et toute collision pourrait être mortelle pour la bête comme pour nous. Elles surgissent "au dernier" moment et avec l'inertie il peut être trop tard pour les éviter. Lorsque l'on en voit une on est ravi mais on ne va pas forcément aller dans sa direction. Un après-midi, nous en avons croisé une au loin qui sautait. Nous avons légèrement changer notre cap afin de ne pas croiser sa route. Nous avons renforcé notre vigilance et espéré ne pas croiser de ses congénères de plus près!

a day at sea - part 3

Lorsque j'étais sur le Belem, nous avons fait une petite sortie en mer afin de prendre des photos du Belem toutes voiles dehors. Nous avons alors été confronté à une énorme baleine et à son petit. Nous étions alors tiraillé entre le désir d'aller au plus près et la peur qu'elles nous "retombent" dessus nous incitant à fuir. Dans un petit zodiac, la rencontre avec une baleine est jouée d'avance ;) Au final nous n'avons pas poursuivi la baleine mais n'avons pas pour autant fuit. C'était impressionnant de pouvoir être à seulement quelques mètres de ces monstres marins.

Les autres distractions à disposition étaient complètement liées à notre créativité. Ed racontait des histoires ou écrivait des chansons. Vicky nous faisait part de la stratégie. Un midi des jeux ont été improvisés mettant en compétition les 2 quarts. Plusieurs épreuves et à chaque fois un champion représentant son quart. Une épreuve de "figure of 8". 2 winches et 2 drisses à lover en figure de 8 le plus vite possible. Le premier ayant fini gagne. Une autre épreuve consistait à aller de la poupe à la proue le plus vite possible tout en étant clippé avec les 2 safety clips. La rapidité à se clipper/déclipper faisant la différence. Il était prévu d'avoir plusieurs jeux mais au final nous ne l'avons fait qu'une fois. C'était un jour sans vent ou peu d'activité sur le pont étaient nécessaires.

Un midi nous avons organisé la présentation des nouveaux (au bout de 12 jours en mer tout de même...). Il était prévu que Wim, Richard, Robin et moi nous présentions. Mais au final, mon tour fut sucré pour manque de temps. Je me suis rattrapée un autre midi et ait présenté les différents endroits où naviguer sur les côtes françaises avec leurs attraits respectifs. J'ai profité de mon temps libre de "mother" ce jour là pour dessiner sur le tableau une belle carte de France avec des maillots de bains pour le sud et des surfeurs/chariot à voile pour l'atlantique. Dommage que je n'ai pas de trace de cet exploit, je m'étais surpassée. Ma présentation a plu et a engendré des discussions liées à leur nouvel intérêt pour naviguer en France.

Bref tout n'était pas tout noir et heureusement il y avait aussi de beaux moments!

Commenter cet article