Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

I will survive

Publié le par Helene Bourdon

I will survive

Après ma première nuit sans sommeil, je remonte sur le pont. Je ne sais pas comment je tiens mais je tiens. J'enchaine les manœuvres et les postes tel un zombi. Je me mure dans un pseudo silence mais passe toujours de bons moments avec Robin, Ed et Richard. Tout le monde est fatigué. La routine est là depuis un moment mais elle est de plus en plus pesante. On est avant dernier, on a rattrapé un bateau, youpi! Mais rien à faire on ne ne peut rattraper notre retard et faire un podium ou être dans la première moité du tableau. Ce jour là notre watch leader est off. Elle n'est jamais mother mais elle a droit à une journée hors quart sur la traversée. Gordon va la remplacer ce jour là. Cela va casser grandement la monotonie. Tout le monde va se lâcher et rigoler. Ce n'est pourtant pas parce qu'elle avait de l'autorité ou qu'elle s'occupait spécialement de nous mais avec Gordon tout le monde a osé faire tous les postes.

Avec notre watch leader qui faisait en permanence la gueule, à chaque fois que je demandais à barrer j'étais mal reçue et je devais patienter des heures. Là avec Gordon tout le monde se sent libre. On a tous pratiqué un peu de tout. Je ne me rappelle plus très bien mais je crois même qu'on s'est mis à chanter. C'était magique. En fin de rotation, j'osais proposer la barre à Robin ou Richard sans crainte de me faire regarder de travers. Avoir simplement quelqu'un qui prend les choses avec le sourire, ça change tout, c'est incroyable.

La thérapie du sourire. Je l'avais quasi oubliée. C'est instinctif, si vous souriez aux gens ils vous sourient en retour. Laissez passer un piéton et souriez lui, vous verrez c'est magique. On se sent grandit et tellement bien d'avoir pris même pas 10s et reçu un sourire. Alors que l'on se sent méchant et petit quand on accélère pour passer avant le piéton. Des petits trucs que je n'arrivais malheureusement même plus à appliquer sur le pont.

I will survive

Malgré cette bonne journée, je n'arrive toujours pas à dormir et je passe mon temps dans ma couchette à cogiter et aller aux toilettes au milieu de mon quart off. Dès que je commence à sombrer j'ai envie d'uriner. C'est très bizarre et plus que gênant. Rentrer et sortir de la couchette étant une expédition comme expliqué précédemment. Le lendemain, quand notre watch leader reprend du service c'est fini. Fini les sourires et les roulements naturels. Cependant j'ai pris conscience de quelque chose. C'est possible et on nous a laissé faire car on est les derniers. On a plus grand chose à perdre car on a plus grand chose à gagner. Je vais alors tenter un peu plus de prendre mon destin en main et barrer par exemple.

Au final, il nous reste encore quelque chose à gagner et nous l'avions tous oublié. Vicky ce midi là, va venir nous consulter. Il reste en effet des points bonus à récupérer sur cette traversée: les points sur la pointe de vitesse. On approche de la longitude à partir de laquelle le bateau ayant franchit la distance entre 2 méridiens le plus vite remporte des points de victoire. Nous ne pouvons plus gagner la course mais nous ne sommes pas trop mal situés pour tenter ce record. Nous avons du vent et sommes bien positionnés par rapport aux autres bateaux sur cette veine de vent. Cependant il faut faire un choix. Soit on mise tout sur ces points là et on dévie de l'objectif final (Derry) soit on vise une remontée directe pour gagner quelques points au classement. Si on est deuxième en vitesse, on ne gagne rien et on perd quelques places de classement (ou non). On est pas mal cependant, un bateau a activé son mode "fantome" et nous ne savons pas où ils se situent et s'ils vont tenter la course.

Vicky appelle au vote. Personne ne vote pour le record de vitesse. On est pas sûr de gagner. Et au contraire, on veut rentrer et sauver la face en tentant de grappiller quelques places. ça rouspète au niveau de l'équipage. Freaky et Selfy, par exemple, se plaignent que Vicky est le skipper et qu'elle ne devrait pas nous concerter. C'est à elle de prendre la décision car elle est à même de savoir ce que l'on peut ou non faire. J'avoue que je n'étais pas tout à fait tranchée mais j'ai voté comme la majorité pour ne pas en rajouter à mon cas ;) D'autres personnes parlent dans son dos également. Au lieu de la mettre en position de leader qui consulte, ils la mettent dans une position de personne qui ne sait pas ce qu'elle fait. Sans doute est-ce lié à d'autres actions qu'elle a du perpétrer par le passé. Donc bon, le vote étant fait, Vicky est dans l'impasse et malgré son envie de tenter le coup se voit contrainte de suivre la majorité et de viser l'arrivée direct.

I will survive

La nuit vient de tomber. Je suis à la barre. J'ai passé un bon moment. Il y a du vent. On file bien. C'est très agréable car il n'y a pas de houle. A la fin de mon tour, je passe la barre à Richard qui est ravi. C'est à ce moment là que Vicky surgit sur le pont. "We crossed the line, go go go, let's go fast!". Elle vient de changer de stratégie et à l'encontre du consensus elle a finalement décidé que nous allons tenter notre chance aux points de "vitesse". Elle va nous booster pour aller vite. Sur les prochaines heures, nous allons devoir tout donner. On donnait déjà tout donc on ne sait pas trop quoi faire de plus, mais finalement ça dynamise un peu tout ça. Nous allons nous re-concentrer un peu plus sur les réglages et le cap. Vu que seul le temps compte, on va viser au plus court le 2è méridien. C'est un compromis entre orthodromie et vitesse.

Nous venons de changer l'écoute du yankee dans l'après-midi. Le bout est tout neuf et glisse. Le vent est fort et le yankee un peu surdimensionné par rapport au vent. Vu que nous sommes en course, nous ne changeons pas de voile d'avant. On se retrouve avec un bateau trop gité et une écoute qui glisse/craque sur le winch. Pas sure qu'on y gagne... Bref, je ne dis rien pour ne pas être prise pour une râleuse. En revanche, le bout glissant sur le winch il faut souvent reprendre. Le bout est énorme et le winch également. J'ai peur de manipuler l'écoute. Je ne me sens pas la force de le faire en sécurité. J'exprime mon inquiétude à mes voisins de poste. Je suis ok pour wincher ou le reste mais pas pour aller manipuler au winch. Ce qui devait arriver arrive et notre chère watch leader m'ordonne d'aller sur le winch. Je refuse. Elle le prend mal et met encore ça sur le dos de ma "fainéantise". Je lui explique pourquoi mais je ne la sens pas convaincue. Heureusement Richard ira à ma place spontanément pour couper court.

I will survive

Bien évidemment ce revirement de situation pris par Vicky toute seule ne passera pas bien au niveau de l'équipage. "Elle a encore décidé toute seule" "pourquoi elle nous a fait voté si elle avait déjà décidé"... Bref, jamais contents. Je pense surtout qu'elle a vu qu'on avait un créneau et vu qu'on ne pouvait plus gagner grand chose au classement elle a tenté le coup et c'est pas déconnant. Nous allons faire une super performance. Sur les 24h de course à la rapidité nous allons être les plus rapides. Cependant, le bateau en mode fantôme était bien plus haut en latitude que nous. Il est effectivement allé moins vite que nous en vitesse pure, mais il avait moins de miles à parcourir. C'est donc cet autre bateau qui a gagné au final avant un temps de parcours moins long de quelques minutes à peine. Nous serons seconds encore une fois.

L'équipage ne va forcément pas se priver de dire que c'était une mauvaise décision et qu'elle a mal joué. Je ne la blâme pas personnellement mais je me dis vraiment qu'elle n'a décidément aucun esprit fédérateur et qu'elle n'a pas son équipage avec elle. Cela doit être dur de passer un tour du monde et 10 mois enfermé avec des gens qui ne vous aiment pas et qui ne vous soutiennent pas. Après c'est son choix d'y travailler ou de laisser pourrir la situation. Je ne vais encore pas dormir en ce qui me concerne. On en est à 48h sans dormir.

Commenter cet article