Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The beginning of the end

Publié le par Helene Bourdon

The beginning of the end

Version française

Nous sommes du quart de milieu de nuit. Demain je suis de nouveau mother pour la journée. Je vais enfin pouvoir prendre une douche et dormir plus de 3h d'affilé. Cela fait 10 jours que nous sommes en mer et la fatigue est bien présente. La fin de quart est proche. On m'envoie faire les boissons chaudes, la mother du jour est off. Je suis en bas et fait 2-3 cafés/thés. Vicky est réveillée et dispo en bas près de la cuisine. On se met à parler. Pour la première fois depuis que l'on se connait nous avons l'occasion de nous parler. Et forcément de quel sujet parlons nous? de voile! Nous partageons nos expériences et récits de mésaventures entre autres. Nous passons un bon moment et une bonne entente s'installe. Je lui demande ses projets d'avenir et c'est là que nous sommes interrompus. Le vieux cuisto m'interpelle et me lance sans ménagement: "quand tu auras fini de discuter peut-être que tu pourras me servir un thé". Je ne sais pas si c'était contre moi ou contre le fait que je parle avec Vicky mais j'ai trouvé cela extrêmement mal venu et rude. D'autant plus qu'il aurait très bien pu se servir lui même et je n'étais pas la mother du jour à ce moment là.

Après avoir servi le vieux cuisto, je vais réveiller la mother du jour en binome avec moi ce jour là. Elle doit faire le service pour son quart qui se lève avant qu'il ne monte sur le pont pour le changement d'équipe. En gros, il faut faire des boissons chaudes et disposer des snacks en libre service. Bitchy m'envoie pour ainsi dire chier. Elle conteste le fait que ce soit à elle de faire les boissons chaudes et me dit que c'est à moi. Elle refuse de m'écouter et me dit que je n'ai rien compris et que ça c'est toujours passé comme cela. Je suis un peu surprise car pour moi c'est la deuxième fois et pour elle la première. Il est visiblement impossible de ne serait-ce que discuter donc j'abandonne et me retrouve à servir le thé à son quart et elle à monter sur le pont pour faire le changement de quart. Je suis quelque peu énervée et n'ai pas vraiment envie de servir les boissons à mon quart quand il redescend. Dès qu'elle redescend, je m’éclipse pour aller enfin me coucher. Étant passablement énervée, le sommeil sera malheureusement difficile à trouver...

The beginning of the end

La fin de ma période de sommeil arrive. Bitchy vient me réveiller avant mon quart pour que je l'aide à préparer le petit déjeuner. Cela ne se passe pas trop mal en comparaison de ce qui s'était passé 3h auparavant. Nous servons les 2 quarts, je fais la première vaisselle et elle la seconde. Je lui dis qu'elle peut aller se coucher et que je la réveillerai vers 11h pour m aider à finir le repas. Encore une fois elle me rejette, elle affirme que ça ne se passe pas comme ça et que le jour où on est mother on est sur le pont 24h sans dormir. Je lui explique que ce n'est pas comme ça que ça s'est passé pour moi et que vu notre état de fatigue ce n'est pas possible de tenir 24h. Se reposer quand il n'y a rien à faire est à prendre et être à 2 pendant le rush fait en revanche du sens. Elle n'est pas convaincue. Au final je lui dis fais comme tu veux mais je te préviens après la vaisselle du midi j'irai me reposer avant que l'on prépare le souper. Elle me dit si tu veux mais à ce compte là tu n'as pas le droit de dormir dans notre lit. Nos sommes binômes de banquette. Je ne comprends pas trop et lui demande de répéter. Elle affirme qu'elle m'a fait une fleur en me laissant nous "imposer" la banquette du bas au depart et que je dois dormir dans la banquette libre pour la mother en hauteur. Je conteste mais elle affirme que je n'ai pas d'autres choix et qu’aujourd’hui je ne dormirai pas dans notre banquette même quand elle n'y est pas.

Je la laisse dire et m'en vais de se pas voir le vieux cuisto. Je suis sensée faire du pain pour le repas de ce midi. Nous avons tout ce qu'il faut pour faire du pain: de la farine, de la levure, un thermomètre à pain et un four. Je suis donc les consignes du vieux cuisto. Je dois pétrir encore et encore la pâte. Je tire sur les extrémités et remets au centre puis repétrie. Je dois ensuite laisser reposer et répéter plusieurs fois la manœuvre. Pendant que la pâte repose je suis sensée la couvrir. Je me trouve face à un dilemme. Le vieux cuisto veut que je recouvre avec un torchon de vaisselle et Greg me l'interdit pour une question d'hygiène. Je peux écouter Greg qui a raison. Mais il n'est pas dans mon quart et si je fais ça j'énerve le vieux dans mon quart qui ne m'apprécie pas trop mais dont j'ai besoin pour cuir le pain... Je choisis de ne pas mettre de torchon mais le vieux cuisto le fera dans mon dos. Je fais gonfler le pain plus que lui ne l'aurait fait. Mais j'avoue que je n'aime pas son pain, c'est plus du krisprolls que du bon pain français (il est danois). Je le fais lever un peu plus longtemps donc plus. Il m'incendie. Au final nous mettons tout ça au four et je suis ses consignes à la lettre. Dès que la température au milieu de la miche atteint 180 degrés je sors du four. Mon pain sera délicieux et ravira les papilles de tous. Il est tellement bon qu'ils le mangeront avec de l'huile d'olive en apéro!

The beginning of the end

Nous servons le repas de midi que j'ai préparé. Bitchy m'a suivi pendant toutes les premières étapes du pain puis est allée se coucher. Je fais la vaisselle puis une fois que tout est fini je l'informe que je vais aller faire une sieste. Elle refuse. Elle prétend qu'elle est restée pour moi et que je devrais en faire de même. Je lui rappelle qu'elle est restée uniquement parce qu'elle le voulait bien et que j'avais besoin de me reposer. Je lui propose de me réveiller vers 15h30 16h pour pouvoir l'aider à préparer le souper pour 18h. Elle me "laisse" y aller en me maudissant. Je me dirige alors naturellement vers mon lit. A peine posée sur la couchette qu'elle se rue sur moi pour me sortir du lit de force. Je ne dois pas dormir dans "son" lit mais sur la couchette de la mother. Vu la hauteur de sa connerie et son état d'énervement, je me dis qu'il vaut peut-être mieux que j’évite un conflit de plus grande ampleur et me dirige vers la couchette en hauteur. Ma watch leader y est installée. Elle déteste son lit qui est du côté des mecs. Il lui donne des boutons (effectivement elle avait des marques). Je lui explique que je suis désolée mais que l'autre folle refuse que je dorme dans mon lit. Elle s’exécute également et fait un échange de lit avec Gordon qui va dormir chez les mecs tout en me lançant un regard méprisant au passage. Super grâce à l'autre tarée je me fais haïr par mon quart un peu plus...

Du coup forcément je me retrouve à 2-3 mètres de haut si on compte la gite, à tenter de dormir avec les histoires bitchy et la frousse de tomber pendant mon sommeil. Je ne vais pas fermer l’œil de ma tentative de sieste. Sueurs froides, angoisse, questionnement sur ce que je fais là. Comment faire pour rendre cette aventure moins horrible... Finalement mon manque de sommeil va me sauver la mise. Mon nœud pour relever la couchette va lâcher et ma banquette se libérer en un gros crack. Ce qui va m’empêcher de finir par terre et me casser une jambe ou une épaule ce sera le fait que je m'agrippais en permanence au casier dans le mur pour m’empêcher de basculer. Au bout d'une heure je n'en peux plus et me lève. Je vais voir Bitchy et lui demande si je peux l'aider. Elle refuse catégoriquement. Il est hors de question que je l'approche ou que je touche à "sa" cuisine. Je me mets donc avec son quart et on commence à faire des bouts de fil pour le spi. Ma première binôme de mother descend du pont. Elle me regarde méchamment et demande à Bitchy si je refuse de l'aider. Elle aura au moins la décence de dire que non. Après j'imagine que l'autre la croit ou non et aura tendance à mettre le mal sur moi, le petit mouton noir...

The beginning of the end

Après le repas du soir Bitchy va enfin se coucher. Je suis enfin seule et libre de mes mouvements. Le vent est stable depuis un moment et je ne fais pas grand chose en bas. Je demande l'autorisation pour prendre une douche. C'est le seul privilège des mothers. Elles peuvent prendre une douche quand il y a du temps. Ma watch leader est ok mais pour être sure de ne pas me faire mettre quelque chose d'autre sur le dos je demande confirmation à Vicky. J'ai sa bénédiction. Ce n'est pas la douche du siècle car se laver dans de minuscules toilettes avec un débit faible n'est pas vraiment l'extase. Mais enfin retirer la crasse de mes cheveux et pouvoir être vraiment propre sans liquide de lingette est bienvenu. J'ai bien fait de demander l'accord à VIcky. Pendant ma mini douche, il va falloir faire un changement de spi. Je ne suis pas disponible à la manœuvre et on me cherche. Il manque des bras. Vu que je suis doublement couverte on ne peut me le reprocher.

Je me dis quand même que je ne suis pas bien dans cet équipage. Tous les bons moments avec les bonnes personnes valent le coup. Le dépassement de soi et l'immensité de temps pour réfléchir à soi, ma vie, ce que je veux faire n'a pas de prix. Mais je ne mérite pas d'être traitée de la sorte. Je ne mérite pas d'être rabaissée et inconsidérée et regardée de haut. Je ne suis pas une mauvaise personne et je ne pense pas leur avoir fait le moindre tort qui justifie l'attitude de certaines personnes. Pour la première fois je suis convaincue que je dois quitter l'aventure dès l'arrivée. Je n'ai pas d'autre solution si je veux me respecter. Et ne pas devenir à mon tour complètement psychotique!

Commenter cet article